PROMOTION DE LA SANTÉ SEXUELLE ET GÉNÉSIQUE DES FEMMES PAR L’ÉDUCATION SEXUELLE EN MILIEU SCOLAIRE
Ce projet vise à promouvoir la santé sexuelle et génésique des femmes par l’éducation sexuelle en milieu scolaire, en mettant l’emphase sur les IST/SIDA, les grossesses précoces, la violence sexuelle et les droits de la personne.

Préparé et réalisé par les trois jeunes obstétriciens / gynécologues ayant participé à la formation des « jeunes leaders » à Ouganda en mars 2007.


Mise en contexte et justification

Les grossesses précoces sont le plus souvent néfaste tant pour la mère que pour l’enfant compte tenu des complications à savoir : accouchement prématuré, malformation congénitale, faible poids à la naissance.

Aujourd’hui, chez-nous la possibilité pour les femmes d’espacer ou de limiter le nombre de leurs grossesses, de décider de leur comportement en matière de santé sexuelle et génésique est très limitée. Nous assistons à une flambée de taux de grossesse précoce (jeunes de 14 à 18 ans) mettant en jeu la vie de ces jeunes. Cet état de chose, toutes proportions gardées, est alimenté par la violence sexuelle et la précarité ou la quasi inexistence de l’éducation sexuelle trop souvent confondue avec l’instruction sexuelle.

Les soins relatifs à la santé sexuelle et génésique (SSG) reposent sur la connaissance du droit fondamental de toutes les personnes de décider librement.

Donc, il est clair, qu’en éduquant les jeunes (des deux sexes) sur la SSG des femmes, nous les rendons mieux aptes à exercer leurs droits en terme de procréation, de planification familiale ce qui aura pour but de :

  • Réduire le taux de mortalité liés aux avortements insalubres
  • Limiter la violence sexuelle
  • Assister à une meilleure application des droits de la personne

Objectifs:

  • Sensibiliser les jeunes sur la santé sexuelle et génésique des femmes pour prévenir : les grossesses précoces, IST/SIDA, les avortements et leurs complications.
  • Motiver les jeunes sur leurs responsabilités et les attitudes ou comportements à adopter en matière de santé sexuelle et génésique (leur droit en matière de santé sexuelle et génésique).

Réalisations:

    • Deux cent dix (210) élèves ont été formés durant quatre (4) séminaires dans trois (3) écoles publiques.
    • Ces formations ont été réalisées au niveau des sites suivants :
      • Les séminaires ont été réalisés sous forme de conférence/débat, dispensés par trois (3) médecins obstétricien-gynécologue, membre de la SHOG, avec les trois (3) jeunes responsables du projet.
      • Quatre (4) pré-tests ont été effectués et pour lesquels la majorité des élèves a obtenue une note inférieure à sept sur dix (7/10) ; suivi de quatre (4) post-tests pour lesquels la majorité a obtenue une note supérieure à sept sur dix (7/10).